La gestion des mauvaises herbes et des parasites vue par l’agriculture biologique

En agriculture, les techniques pour lutter contre les adventices se diffèrent. L’agriculture conventionnelle opte pour l’éradication de ces derniers via l’intermédiaire des produits chimiques de synthèse qui sont plus ou moins nocifs. Tandis que la gestion des mauvaises herbes et des parasites par l’agriculture biologique met en exergue la prévention plutôt que la guérison. Cette méthode vise surtout à exclure l’utilisation des produits qui peuvent être néfastes pour la santé, mais aussi pour l’environnement. Pour aider les agriculteurs à bien planifier la gestion des parasites et des mauvaises herbes, suivre quelques conseils utiles s’avère être indispensable.

La gestion préventive des adventices par l’agriculture biologique

La gestion des mauvaises herbes et des parasites par l’agriculture biologique repose sur la connaissance et l’identification des diverses espèces. Cela dans le but de prévenir et de maîtriser leurs propagations et non les éliminés. Pour ce faire, la technique la plus pratiquée est la rotation des cultures. En effet, en alternant les semences sur une parcelle de champ, cela perturbe le cycle des plantes envahissantes. Il y a aussi le système de paillage qui consiste à mettre une couche de paille sur la terre. Ce qui ne laisse pas les adventices pousser à défaut d’humidité et de manque de lumière. Et enfin, la couverture végétale du sol. Le principe est simple, il suffit de semer des plantes de couverture tel que les légumineux par exemple entre vos cultures. Non seulement cela contribue à empêcher l’évolution des mauvaises herbes, mais contribue aussi à la fertilité du sol.

La lutte biologique pour combattre les parasites et les mauvaises herbes

Ne pas faire recours à des produits chimiques pour détruire les plantes envahisseuses et certaines bactéries dans les cultures agricoles est possible. Dans la gestion des mauvaises herbes et des parasites par l’agriculture biologique, l’utilisation des organismes vivants tels que les animaux ne sont pas très courante, pourtant ce système fonctionne parfaitement. En effet, les animaux d’élevage comme les bovins, les cochons, et autres broutent les mauvaises herbes. Cette technique permet aux agriculteurs de faire des économies vu qu’ils n’auront pas à investir d’énormes budgets pour les désherbages ni même les pesticides.

Le désherbage mécanique et manuel pour lutter contre les adventices

Malgré les différentes techniques de prévention et de lutte biologique contre les adventices, il est souvent indispensable d’intervenir manuellement ou mécaniquement dans les cultures. Certes, le désherbage manuel représente une énorme quantité de travail, mais le résultat est plus précis et méticuleux. Pour ce qui est du désherbage mécanique, il existe des outils capables d’enlever les mauvaises herbes. À savoir, la herse étrille, la houe rotative, et les bineuses. Il faut savoir que la gestion des mauvaises herbes et des parasites par l’agriculture biologique contribue à la protection de l’environnement.

Comment protéger la nature du mieux qu’on peut ?
Les avantages de l’agriculture de précision