La gestion des sols selon les préceptes de l’agriculture biologique

L’agriculture biologique est un système de production agricole conciliant un haut niveau de biodiversité à des pratiques environnementales qui protègent les ressources naturelles et le bien-être des animaux.

De nos jours, l’agriculture biologique répond à une demande croissante des consommateurs qui adoptent les produits naturels bio. Elle contribue aussi à la protection de l’environnement et à la gestion durable des sols. Mais de quelle manière ?

La gestion des sols selon le système de l’agriculture biologique

Effectivement, l’agriculture naturelle respecte un ensemble de règles sur les méthodes de production. L’agriculteur biologique est inspecté régulièrement, pour s’assurer qu’il respecte ces règles, afin de continuer à utiliser le label bio.

En production végétale, la gestion des sols par l’agriculture biologique commence par stimuler la viabilité du sol pour qu’il puisse nourrir les plantes. Cette pratique améliore la fertilité du sol. En absence d’engrais chimique, cette gestion des sols passe par :

  • L’adoption de rotations de cultures et de longue durée.
  • Les cultures de divers légumes, d’engrais verts ou bien de plantes à enracinement très profond.
  • L’incorporation dans le sol de différentes matières organiques.

La lutter contre les parasites et les adventices font aussi partie de la gestion des sols par l’agriculture biologique. Il faut pratiquer un désherbage mécanique ou thermique, protéger les ennemis naturels des parasites et faire un choix des variétés végétales appropriées.

En effet, toutes ces règles sont inscrites sur un cahier des charges strictes qu’il faut respecter à tout prix. Que comprend-il ?

Le cahier des charges d’un agriculteur biologique

La gestion des sols par l’agriculture biologique nécessite le respect de certaines règles pour que l’agriculteur puisse utiliser le label bio et conserver le certificat en agriculture biologique. Aucune utilisation de produit chimique ni d’OGM.

  • Rotation des cultures pour la viabilité des sols et lutte contre les parasites.
  • Recyclage des rejets organiques et des déchets.
  • Élevages extensifs avec alimentation bio et pâturage pour le bien-être des animaux.
  • Respect de l’environnement et de ressources naturelles.

Souvent, des contrôles sont faits pour vérifier si l’agriculteur biologique suit le cahier des charges. Mais quels sont les pesticides autorisés en bio ?

Les produits autorisés en agriculture biologique

Selon la gestion des sols par l’agriculture biologique, l’utilisation de certains pesticides et d’engrais n’est pas interdite. Par exemple, le sulfate de cuivre est un pesticide employé en bio.

La différence existant entre l’agriculture conventionnelle et l’agriculture biologique tient à l’origine des engrais et pesticides utilisés. Ils doivent être obligatoirement d’origine naturelle.

En agriculture biologique, la gestion des sols est donc très importante. Il faut nourrir le sol pour qu’il puisse nourrir les plantes à son tour. Il est aussi essentiel de mettre en place des rotations pour maintenir la fertilité des sols et tuer les ravageurs. Il est alors nécessaire de contribuer à la gestion des sols pour sa viabilité.

Les avantages de l’agriculture de précision
Profiter d’un comparateur agricole directement en ligne